Retour 3Espaces.net

Le récit par mail

Une autre manière de lire le Récit

Pour poursuivre l'épisode 3 ESPACES AUX HALLES d'une autre manière, les promeneurs-lecteurs, pouvaient recevoir un mail chaque jour.

Une manière de faire entrer le récit dans sa vie ou de vivre un peu de l'évènement quand on n'habitait pas Paris.

Les mails

Les mails renvoient à l'épisode des Halles : ils en complètent le propos.

Pour bien les comprendre, reportez-vous à la visite virtuelle où vous trouverez "la salle des colonnes" (niveau -3), la vidéo du ralentissement spatio-temporel (flashmob) ou encore la météo des 3 Espaces au Port Libre des Halles (niveau -2).

mercredi 12 mars
Bonjour,

Finalement, tu vois, je suis partie.

J’en ai besoin. Vraiment.

Chut. Ne t’énerve pas. Je sais, je sais, tu me l’as assez dit : j’aurais pu faire un autre choix.

Par exemple, j’aurais pu m’isoler dans un de mes voyages instantanés. Mais dans ce cas-là, par expérience, je peux t’affirmer que je n’aurais rien appris : même ici, de l’autre côté du réel, il faut du temps pour prendre des décisions.

Je ne te dirai pas où je suis allée. En tout cas, j’y suis bien. C’est tout ce qui compte.

Là où souffle le vent, ma voile.
Capitaine L.

Jeudi 13 mars
Bonjour,

Comment se passe le Printemps cette année ? Raconte-moi...

Les Geysers des Halles ont-il déjà jailli ? Vas-tu y aller ? Est-ce que les Voyageurs organisent des festivités ?

On m’a dit que des ralentissements spatio-temporels avaient été annoncés : je regrette de ne pas voir ça. Enfin, oui et non. Pas vraiment.

Je n’ai aucune envie de me baigner dans un Geyser des Halles.

Tu commences dans un Geyser des Halles et tu ne sais jamais où tu finis, dans quelle aventure ni dans quel état.

Je veux du repos. C’est tout. Du repos loin de tout.

Là où souffle le vent, ma voile.
Capitaine L.

Vendredi 14 mars
Bonjour,

Juste un petit mot en vitesse pour te rappeler de passer piquer Prince. L’insuline est dans le frigo, dans le compartiment des oeufs. Les seringues sont dans un joli sac de confiserie accroché au tableau blanc au-dessus de la table de la cuisine (le sac des bonbons sans sucre aux herbes que tu m’as rapporté de Marseille).

Il faut le piquer entre 19h et 20h. S’il essaie de te baratiner pour avoir un morceau de viande, ne cède pas. Il n’a droit qu’à ses croquettes de régime. Essaie de le convaincre de faire un tour dans le jardin, il t’écoutera peut-être, toi. Je sais qu’il adore vos conversations ... et tes ongles !

La Petite (enfin la Grande, faudrait que je m’habitue, elle a dix-huit quand même) devrait être de retour à temps pour la piqûre du matin.

Merci !

Là où souffle le vent, ma voile.
Capitaine L.

Samedi 15 mars
Bonjour,

J’ai appris que j’étais affichée à la Salle des Colonnes et qu’en plus l’accès à la Salle était totalement libre. J’ai du mal à le croire. La salle a toujours été très protégée, à l’écart de toutes les routes.

Peux-tu me confirmer qu’aucune information confidentielle ne compromet mon anonymat ?

Je suis vraiment très surprise. Pas tant d’être affichée dans la Salle, ça m’est déjà arrivé. Non. Je suis surprise parce que je connais presque tous les autres voyageurs des colonnes : le Dottore, Sgarideni, 2H (qui ne le connaît pas, je te le demande), ... et Loula.

Je n’ai jamais rencontré Pierre, en tout cas je ne m’en souviens pas, c’est possible que nous nous soyons croisés quand nous étions enfants à la Cour des Miracles, mais tu sais que j’ai très peu de souvenirs de mes voyages d’enfance.

Bon, je compte sur toi. Dis-moi ce que tu sais.

Merci

Là où souffle le vent, ma voile.
Capitaine L.

Dimanche 16 mars
Bonjour,

J’ai pu obtenir quelques informations par des amis Greffiers. Ils ne comprennent pas comment la protection de la Salle des Colonnes a cédé. Ils s’inquiètent sur les frontières de Numer. Ils oeuvrent à tout rétablir au plus vite.

En ce qui me concerne, je ne vais pas m’en faire plus que ça. Ce n’est pas vraiment mon genre de tourner en rond dans des angoisses, tu le sais. Et en plus, visiblement rien d’essentiel n’a été révélé à mon sujet sur les colonnes : on sait maintenant que je m’appelais Perce-Neige quand j’étais enfant ? La belle affaire ! Et que j’ai des tâches de rousseur quand j'arpente Kiméria ? Très bien ! Et alors ? Cela ne dit rien de ma vie réelle ! Mon anonymat est sauf...

Pour Il Dottore, je ne suis pas du tout surprise. Il ne m’avait jamais dit clairement qu’il avait appartenu à l’Ordre des Joueurs — tu t’en doutes, il est plus que discret — mais j’avais vu une aquarelle de l’Etincelante dans son bureau ... je savais bien que ce bateau-là portait le saut des Nautes.

Non, le plus surprenant dans les révélations de la Salle des Colonnes, c’est l’histoire de Sgarideni. Ainsi, ce grand ennemi des Cimmériens et des Nomades est en fait l'un des nôtres... troublant... comme quoi... on ne hait finalement que soi-même...

J’ai croisé Anatole.

Voilà, maintenant, tu sais où je suis...

Là où souffle le vent, ma voile.
Capitaine.

mardi 18 mars
Bonjour,

Tu aurais pu me le dire quand même.

Tu sais bien que je ne vais pas manquer ça ! Un ralentissement temporel total ! Une éclipse du temps ! A cheval entre Erel et Kiméria ! Mais ça n'est pas arrivé depuis au moins 300 ans !

Je viens. Je veux y être.

Lance l’info sur le site et le réseau. C’est aujourd’hui, mardi 18 mars, à 19h40 à la Place Carrée, aux Halles, sur le Portulan de Loula et P’tit Gars et ça va durer quatre minutes.

Pendant quatre minutes, nous seront figés. Au bout de quatre minutes, nous reprendrons le mouvement et avant de repartir, chacun d’entre nous offrira un livre, un magazine ou un texte à un passant.

Ce sera un pied de nez au “tout payant/tout copyright” du Code de la Création du XIU.

A tout à l'heure.

Et non, je ne te dirai rien d'Anatole :-)

Là où souffle le vent, ma voile.
Capitaine

lire le Récit

zone d'information